· 

Les gueules tordues ou les raccourcies....

Ne croyez pas que faire ces gueules tordues est un pis-aller, avant d’en arriver là je suis passée par le classique.

 

Je pense à F. a qui j’apprenais le tournage. Le jour où je lui dis qu’il fallait 3 années pour devenir un bon tourneur,  il a repris, à son habitude, ses pots tordus (car on fait toujours un pot tordu quand on débute) et m'a dit « Tu sais, j’aime les pots tordus, mon style sera les pots tordus ».

 

Faire un pot tordu parce qu’on ne sait pas faire un pot droit, ça m’agace.

 

 Je pense vraiment qu’il faut apprendre à construire avant de déconstruire.

 

La création est un long processus, il faut en avoir le courage et ne pas se laisser tenter par les raccourcis.

 

 Et c'est là que je défends et admets Picasso… face à ceux qui rabâchent « oh, mais moi je pourrais le faire »… Oui, peut être mais commence d’abord là où Picasso a commencé

 


Catherine Chabert

Céramiste de formation, issue de Vallauris,  Catherine Chabert travaille la terre avec des cuissons en  faïence,  grès et Raku.  Son expérimentation passe par toute sorte de technique, le bronze, le kintsugi, l'or en cuisson céramique, jusqu'à la peinture.

Son univers est très marqué par le féminin.

Pendant de nombreuses années, Catherine Chabert a enseigné, au sein des Ateliers Créateurs Créaterre à Cognac, toutes les techniques autour de la terre.